Accueil
puce Accueil puce  S'implanter en Inde puce  Par région puce  Mumbai / Maharashtra

Mumbai / Maharashtra

Le Maharashtra

Bombay, mais plus seulement

 

Par Florent DAUBA
Attaché financier du Consulat général de France à Bombay

 

 

Le Maharashtra est l'Etat le plus développé économiquement d'Inde, avec un PIB représentant presque 15% du revenu national pour seulement 9% de la population indienne.  Sa place première dans le développement du pays tient en grande partie au dynamisme de Bombay, qui est depuis de nombreuses années la capitale économique et financière incontestée du pays. Cependant, cette ville, confrontée à d'importants problèmes structurels, en premier lieu celui des infrastructures, n'est plus le seul pôle de croissance du Maharashtra. Des villes comme Pune et Nashik ont pris progressivement le relais, favorisant l'émergence d'un espace économique plus équilibré, dans lequel la croissance et le développement ne seraient plus le fait d'un seul centre urbain, Bombay, mais d'un triangle Bombay-Pune-Nashik.


1- Le dynamisme historique de Bombay, en déclin relatif...

Le Maharashtra, deuxième plus grand Etat en superficie et en population de l'Inde (9,6% du territoire indien pour 112 millions d'habitants en 2010), représente le cœur économique du pays. L'Etat a enregistré un taux de croissance réel moyen de son PIB de 11% par an entre 2005-06 et 2009-10, celui-ci s'élevant à 115 Mds d'euros, tandis que le revenu par habitant atteint 1047 euros, soit les performances les plus élevées parmi l'ensemble des Etats indiens.  Son développement a été tiré, jusqu'à maintenant, par sa partie occidentale, et en particulier Bombay. En dehors de cet espace, le Maharashtra demeure  majoritairement pauvre, avec 57% de la population vivant en zone rurale et travaillant massivement dans l'agriculture, alors que la contribution de ce secteur au PIB de l'Etat atteint seulement 11%. A l'inverse, sa zone occidentale est celle où prédominent les services et l'industrie,  dont la contribution respective atteint 60% et 29% du PIB en 2010.

 

Bombay constitue, depuis de nombreuses années, la source première de croissance et de développement du Maharashtra et plus généralement de l'Inde. Elle est la capitale économique et financière incontestée du pays, à l'image d'un New York américain ou d'un Shanghai chinois. La ville représente ainsi à elle seule 6% du PIB indien, 25% de sa production industrielle, 40% de son commerce maritime ou encore 60% des droits de douane perçus en Inde. Le revenu moyen par habitant y est trois fois supérieur à la moyenne nationale. La ville accueille 50% des sièges des 500 plus grandes entreprises indiennes (contre 16% à Delhi et 8% à Bangalore). La présence française y est également importante, Bombay regroupant près de 25% des entreprises françaises implantées en Inde.

 

Bombay est par ailleurs le cœur incontesté de la finance indienne, accueillant non seulement la quasi-totalité des sièges bancaires, mais également la banque centrale (Reserve Bank of India) ainsi que les deux principales places boursières du pays (Bombay Stock Exchange et National Stock Exchange, totalisant à eux deux environ 98% des transactions boursières du pays). Parmi les industries les plus concentrées à Bombay, on peut notamment citer, outre la finance, le cas du cinéma (« Bollywood », 250 films par an) ou encore le nucléaire (siège de l'opérateur public comme du département de l'énergie atomique, seul ministère qui ne soit pas situé à Delhi).

 

En dépit de son rôle socio-économique indéniable, Bombay est confrontée depuis plusieurs années à d'importants problèmes structurels qui freinent son développement.  Une urbanisation rapide dans un espace limité et un manque chronique d'infrastructures ont contribué à dégrader son attractivité économique. L'activité industrielle s'essouffle, le manque de place rendant difficile l'acquisition des terrains pour les nouvelles implantations, et contraignant aussi un nombre croissant d'usines à fermer. Environ 7% du total des petites et moyennes entreprises présentes à Bombay auraient fermé pour cette raison.


2- ... qui laisse la place à un nouvel axe de développement : Bombay-Pune-Nashik

 

Le déclin relatif de Bombay contraste avec l'essor d'autres pôles de développement. Des villes comme Pune, Nashik et, dans une moindre mesure Nagpur, prennent progressivement le relais. A titre d'exemple, d'après le classement City Competitiveness Report 2010 établi par la revue Business World, Bombay se place maintenant derrière ces trois villes pour ce qui est de la qualité et de la quantité de ses infrastructures physiques. Cette évolution témoigne de l'émergence progressive d'un espace économique plus équilibré, dans lequel la croissance et le développement ne seraient plus le fait d'un seul centre urbain, Bombay, mais d'un triangle Bombay-Pune-Nashik.

 

Pune, tout d'abord, est l'emblème de ces zones urbaines qui insufflent un nouveau dynamisme économique, industriel et technologique au Maharashtra et à l'Inde en général. Sur le plan économique tout d'abord, Pune compte en 2009-10 un PIB de 21 Mds d'euros, soit 22,1% du revenu du Maharashtra, quasi-similaire à la part de Bombay (22,6%). Pune fait partie des villes  les plus industrialisées de l'Inde, en particulier dans le secteur automobile, regroupant ainsi plus de 12 400 unités industrielles pour un chiffre d'affaires d'environ 12 Mds d'euros en 2010. La plupart des grands noms indiens de l'industrie y sont présents et y ont pour certains installé leur siège social comme Bajaj, Suzlon, Tata Motors ou Bharat Forge. Mais c'est dans le secteur des nouvelles technologies de l'information que la ville surprend, car Pune a su attirer  les plus importantes entreprises informatiques (indiennes et internationales), concurrençant même actuellement des villes comme Hyderabad ou Bangalore (1500 entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies à Pune contre 2084 à Bangalore en 2010). Des entreprises comme Wipro et Infosys ont maintenant plus d'employés à Pune qu'à Bangalore, et la tendance est à l'augmentation.

 

Nashik et sa région, également, font partie de ces places en fort développement, mais dans une moindre mesure que Pune. La région, qui  contribue à 13% du PIB du Maharashtra, est actuellement la troisième zone industrielle de l'Etat, avec l'ingénierie comme moteur de croissance (60% des revenus). Elle regroupe en 2010 près de 250 grandes entreprises industrielles et environ 23000 petites et moyennes entreprises. On y trouve d'ailleurs quelques importantes entreprises françaises comme Bureau Veritas, Schneider Electric ou encore Ashoka Buildcon.

 

Ces trois villes, Bombay, Pune, Nashik forment maintenant un triangle d'or, s‘alimentant mutuellement grâce aux infrastructures de transport, actuelles et en cours de construction. Ainsi, le réseau «  Indian highways » relie Pune à Bombay (NH4) et Nashik (NH50) ainsi qu'aux autres villes du pays. Pune est également relié à Bombay via l' « express highway » opérationnelle depuis 2002. De même, Nashik relie Bombay en trois heures via sa voie ferrée, tandis que l'autoroute joignant les deux villes est en cours de modernisation (extension à de multiples voies).

Partager cet article |


Accueil| Réalisation : Eolas Groupe Business & Decision