Accueil

Tourisme

Les échanges touristiques entre l'Inde et la France :
Opportunités et défis

 


Par Catherine ODEN

CCEF Section Inde

Directrice ATOUT FRANCE en Inde

 

 

 

 

 

 

 

Le tourisme est l'un des premiers secteurs économiques en France. En 2009, il représente 6.3% du PIB et un solde positif de la balance des paiements de 7.8 Mds. Le montant de la production de services touristiques a été de 84.7 milliards Euros en 2009. La part de la valeur ajoutée du tourisme dans le PIB est de 41,6 milliards d'euros, bien supérieure à celles d'autres secteurs (énergie, 30 Mds, agriculture, 30 mds, industries agro-alimentaires 25.7%, automobile, 11,2 Mds). Le tourisme en France c'est également un million d'emplois directs, un secteur de services fort créateur d'emplois avec une croissance moyenne annuelle de 27 000 emplois depuis 10 ans. 227 800 entreprises participent à son développement. Enfin, le tourisme est un facteur structurant du territoire français.

La France est la première destination en volume avec plus de 76,8 millions d'arrivées de touristes étrangers en 2010 (Europe : 65.3 millions, Amériques 5.5 millions, Asie Océanie : 4.2 millions en 2009). En revanche, la France n'est que la troisième destination en termes de recettes (35,7 milliards d'euros en 2009) après les Etats Unis et l'Espagne.

12 millions d'indiens ont voyagé à l'étranger en 2010 (toutes motivations de voyage confondues). Selon les sources officielles, les perspectives d'évolution sont excellentes pour les années à venir et notamment 2011 avec une montée en puissance des voyages de motivation (dits aussi « incentives » - voyages d'entreprises destinés par exemple aux meilleurs vendeurs.... Selon le UNWTO, Organisation Mondiale du Tourisme, 50 millions d'Indiens devraient voyager à l'international en 2020.

Cette augmentation des départs vers l'étranger est favorisée par une capacité aérienne sur l'Europe en forte croissance avec un renforcement du nombre de sièges des compagnies aériennes en général, une augmentation des fréquences et l'ouverture effective ou en projet de nouvelles lignes (Lyon, Toulouse et Bordeaux).

 

INDE-EUROPE-FRANCE - UN ESPACE AERIEN TRES CONCURRENTIEL par Fahmi MAHJOUB, Directeur Commercial, AIR FRANCE-KLM.

Sur un an (Avril 2010-Mars 2011), le trafic aérien total à destination de la France au départ du marché indien a représenté 156 000 passagers soit une augmentation de +18%. Sur la même période, l'Italie a accueilli 170 000 passagers (+21%), l'Allemagne 263 000 (+18%) et l'Angleterre 827 000 (+2%). La France se positionne ainsi en 4e destination après la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Italie et Paris, 3e destination en termes de villes derrière Londres et Francfort. Paris accueille 84% du trafic aérien vers la France, suivie de Nice (5%) et Lyon (3%). Sur la France, deux compagnies aériennes desservent Paris en ligne directe depuis l'Inde : Air France avec trois quotidiens au départ de Delhi, Mumbai, Bangalore et Air India avec quatre vols hebdomadaires au départ de Delhi. Air France reste le principal acteur vers la France avec 25% de part de marché, suivi de Emirates avec 21% et Air India avec 12.5%. Au total, le groupe Air France-KLM offre 35 vols hebdomadaires à destination de l'Europe tandis que Lufthansa propose 52 vols. Les compagnies du Golfe quant à elles ont fait de l'Inde leur marché « domestique » et se développent très rapidement. A titre d'exemple, Emirates offre 184 vols hebdomadaires et Qatar 88 vols.

Dans ce marché à fort potentiel et dans une situation concurrentielle démesurée, la stratégie d'Air France est de consolider sa position en tant qu'acteur Européen fort. En 2011, Air France n'opérera pas de nouveaux vols mais proposera à ses clients une offre plus qualitative avec des avions de taille supérieure. Sur Mumbai, à compter de l'hiver 2011, Air France opérera un 777-300 avec une augmentation de capacité de 50% et sur Bangalore, un A340 avec +30% de capacité.

 

En 2010, la France aurait accueilli 230 000 touristes Indiens (estimation) (pour référence, les visiteurs chinois en France seraient 600 000 hors Hong Kong et Taiwan). Les dépenses journalières des Indiens en France sont estimées à 150 euros et le panier moyen de shopping en détaxe s'élève à 809 euros.

Notre pays se positionne comme l'une des premières destinations à visiter en Europe ; la France est souvent programmée en multi-destinations avec la Grande-Bretagne (365 000 visiteurs), la Suisse (187.000 en 2009 et près de 400 000 nuitées + 24.8%), l'Allemagne (455 000 nuitées), l'Italie (157 708 arrivées  - 394 709 nuitées en 2009) et l'Espagne (70 700 en 2010). La clientèle Indienne voyage principalement en groupe mais, ces dernières années, une clientèle individuelle plus sophistiquée  et haut de gamme s'est développée. Cette dernière est composée de couples sans enfants, familles aisées, couples en voyages de noces : étant données les dépenses qu'elle effectue, elle est désormais considérée comme le cœur de cible de l'action de ATOUT FRANCE en Inde.

 

LE TOURISME INDIEN UN MARCHE D'AVENIR POUR LA FRANCE par Daniel Dhombres, Co-Founder Ultimate Travel, Membre de la chambre de Commerce et d'Industrie Franco Indienne

L'Inde devient une nation majeure dans le tourisme international. Une nouvelle génération émerge : celle des Global Indians, fruits de l'explosion des entreprises de nouvelles technologies, de l'internationalisation des sociétés indiennes et de la libéralisation de l'économie voulue par le gouvernement fédéral.


Cette génération, jeune et diplômée, a un pouvoir d'achat élevé (revenu annuel supérieur à 25 000 $) qui lui permet de voyager souvent et plus loin. Ils ont des goûts indiens et occidentaux mais surtout une très haute exigence de standard de vie. Ses habitudes de consommation en constante évolution, son mode de vie et son ouverture sur l'étranger en font les touristes de demain que la France doit se préparer à accueillir.


Les influences médiatiques, Internet et les nouveaux modes de consommation du luxe laissent à penser que la croissance du flux de ces touristes indiens vers des destinations «shopping» sera exponentielle.
En Europe, les destinations « Shopping » de prédilection des touristes indiens restent la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France, et la Suisse.


Si le Royaume Unis est traditionnellement une destination « familiale », la France devient de plus en plus dans l'esprit des Indiens la destination shopping, culture et loisirs par excellence. On constate que si des voyages «Pack Europe» sont encore majoritaires, la France et Paris en particulier, deviennent une mono destination.


Pour se convaincre de l'importance économique de ce marché pour l'industrie du luxe et de la mode en France, il suffit de regarder les chiffres annuels des dépenses détaxées publiés par la société Global Blue*. Ils montrent qu'il y a encore une prédominance de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne en termes de chiffre d'affaires mais que le ticket moyen est lui, en revanche, bien supérieur en France.


Ce ticket moyen** qui passe de 696 € en 2008 à 809 € en 2010 ne peut que continuer à progresser. Et la croissance du chiffre d'affaires entre 2009 et 2010 de plus de 60%, témoigne de l'attractivité de la France et de Paris dans le domaine du shopping.


Outre ces chiffres qui démontrent le potentiel immense de la destination France, il appartient maintenant à tous les acteurs de se mobiliser pour répondre au mieux aux attentes spécifiques de ce marché, afin que la France devienne le must des destinations pour les Indiens.

 

*Global Blue est le leader mondial des services de gestion de la détaxe
**montant moyen dépensé dans un même magasin le même jour.

 

LES DEFIS DU MARCHE TOURISTIQUE INDIEN POUR LA FRANCE

ADAPTATION DE L'OFFRE

Services : Compte-tenu d'une domesticité importante en Inde, les attentes de la clientèle indienne sont très élevées notamment en termes d'accueil, de service des bagages et autres petits détails en chambre qui font toute la différence. Une sensibilisation des acteurs du tourisme français sur le sujet est en cours.

La France une destination pour les familles indiennes ? Un grand nombre d'Indiens voyagent en famille - famille élargie souvent composée de plusieurs générations. Compte-tenu de la variété des activités destinées aux enfants et aux familles, la France a une véritable carte à jouer sur le marché indien. Certaines régions et villes telles que Rhône Alpes, Chamonix et Lourdes ainsi que des opérateurs tels que le Musée Grévin et le parc Astérix ont bien compris l'enjeu de ce marché et se sont très tôt investis pour obtenir une solide programmation de voyages organisés et recueillir les fruits de leur investissement. Leur présence sur le long terme est une des clés de leur réussite. Les régions, les nombreux parcs d'attractions et les autres activités destinés aux familles sauront ils saisir l'opportunité qui s'offre à eux ? Un effort d'adaptation notamment au niveau de la restauration et de l'hôtellerie (ex : offre de lits d'appoint pour les enfants en bas âge) sont nécessaires  mais devraient permettre un véritable essor des flux vers notre destination.

Gastronomie : La cuisine française est peu connue en Inde (deux restaurants français à Bombay !) et les Indiens restent très attachés à leurs habitudes culinaires et sont peu aventureux quant à la découverte de notre gastronomie. Les indiens sont majoritairement végétariens et, pour certains, le régime culinaire est draconien (c'est le cas des adeptes jain dont la religion interdit la consommation de tout aliment poussant sous la terre). Lors de leurs voyages en Europe, les Indiens se restaurent souvent dans des restaurants spécifiques. La cuisine Italienne est parfois une alternative de choix.

ATOUT FRANCE répertorie les restaurants indiens et les restaurants offrant une cuisine végétarienne. Ces défis ne sont pas insurmontables et certaines régions, villes, hôteliers se sont déjà engagés à mieux accueillir cette clientèle en lui offrant des prestations plus appropriées. Il s'agit en effet d'éliminer toutes les barrières qui empêcheraient les opérateurs indiens à programmer les régions.

 

LA DISTRIBUTION TOURISTIQUE

Agences de voyages - taille des opérateurs

Force est de constater un manque d'opérateurs susceptibles de répondre aux besoins des agences de voyages indiennes : les réceptifs en régions françaises se limitent souvent à leur strict territoire et les réceptifs dits « nationaux » offrent rarement leurs services en dehors de la France dans les différents pays européens (alors que, nous l'avons vu plus haut, la demande des agences indiennes se rapporte souvent à des voyages itinérants en Europe). En outre, à quelques exceptions près, les réceptifs français sont quasi absents du marché indien : leurs homologues italiens sont plus agressifs puisque huit d'entre eux offrent désormais leurs services en Inde même.

MICE : Ces dernières années, la croissance économique du pays a dynamisé les incentives ou voyages de motivation, organisés par les entreprises pour motiver leurs vendeurs... les principaux secteurs concernés sont l'industrie pharmaceutique, la construction automobile, les assurances, les nouvelles technologies. La taille des groupes varie de 50 à plusieurs milliers de participants. A titre d'exemple, en 2011, la Suisse accueille un groupe de plus de 3500 participants (estimation hors dépenses aériennes et shopping : plus de 2.5.millions d'euros)

Pour ces voyages, la difficulté que rencontrent les agences réside dans l'obtention des visas tant pour les individuels que les groupes ; ainsi les agences rechignent à l'idée de présenter la France comme destination MICE même pour des groupes de  2 à 300 passagers.

Délivrance des visas : un frein au développement du tourisme.

L'obtention des visas constitue parfois un frein au tourisme en France ; aussi, les acteurs du tourisme sont contraints de programmer moins de nuitées en France ou évitent de programmer notre pays en première destination. Il arrive également, comme nous l'avons dit plus haut que les agences limitent le nombre de participants pour les groupes incentives vers la France et privilégient des destinations jugées plus faciles d'accès. Le manque à gagner pour chacune de ces nuitées sur place est réel, en termes de dépenses bien sûr mais également en termes d'image. A la suite d'annulations liées à la non-délivrance des visas de jeunes mariés, les agences recommandent en effet à leurs clients de ne pas envisager de voyages de noces en France ou à Tahiti. Un rejet de dossier, c'est non seulement un couple qui est privé de son voyage de noces mais ce sont aussi quelques centaines voire quelques milliers d'invités qui ont participé au mariage et qui sont informés de la situation. L'effet négatif sur le public est incommensurable.

Il va de soi que la tâche des services consulaires est complexe dans un pays où les voyageurs ont tendance à se décider à la toute dernière minute, à présenter des documents incomplets ou peu soignés ou tout simplement un dossier inacceptable (immigration clandestine). Le manque d'effectifs dans les consulats pendant la saison touristique rend la situation très tendue. L'ouverture des Consulats de Bangalore et Calcutta en 2011 devraient néanmoins faciliter le processus.

 

PROMOTION TOURISTIQUE

Concurrence

Durant de nombreuses années, seuls quelques pays étaient actifs sur le marché touristique indien. Cependant, depuis quelques années, avec l'émergence de l'Inde comme BRIC, de nombreux pays ont commencé à s'intéresser à ce marché émergent. La concurrence est désormais très vive avec des campagnes de communication et de promotion de grande ampleur. Ainsi, la France se doit d'être plus présente et plus visible sur un marché en pleine expansion. Une plus forte mobilisation des partenaires est encouragée et de nouvelles destinations françaises doivent s'engager sur ce marché à fort potentiel

Le cinéma, un vecteur de notoriété extraordinaire.

La Suisse : « Destination la plus romantique », c'est ainsi que la Suisse est considérée par de nombreux Indiens. La Suisse a réussi très tôt à se positionner dans le cœur des Indiens en accueillant de nombreux tournages de films. Les films indiens sont en effet un formidable vecteur de promotion étant donné le nombre de spectateurs touchés (un film Indien peut être vu par plusieurs centaines millions de spectateurs).

L'engagement de la Suisse est tel qu'elle a même dédié un lac au cinéaste Yash Chopra (Lake Chopra). La Suisse s'est également fortement investie en proposant une offre adaptée notamment des appart-hôtels très prisés par cette clientèle, des repas indiens proposés au sommet des montagnes et parfois même une signalétique en Hindi !

Outre la Suisse, de nombreux autres pays ont attiré les tournages de films indiens soit en offrant un financement direct, soit en facilitant les tournages (ex : hébergement à tarif négocié pour les équipes de tournages composées d'une cinquantaine de personnes, etc.). L'avantage fiscal actuellement offert par la France ne semble pas suffisamment attrayant pour motiver les cinéastes à tourner en France : il s'agit d'une remise fiscale de 20% à partir d'une dépense minimale d'un  million d'Euros en France hors hébergement, un avantage qu'il est difficile d'obtenir pour une production. Afin que les productions se tournent vers la France et non vers des destinations plus abordables, les régions qui souhaitent accueillir des tournages de films se doivent de proposer un véritable avantage. Depuis 2008, ATOUT FRANCE, en partenariat avec FILM FRANCE et des partenaires français, participe en Inde à des salons de promotion des tournages de films à l'étranger. Les régions accompagnées de leurs commissions du film sont encouragées à participer à ce type de manifestations.

 

FRANCE CELEBRATES INDIA

A l'instar de la campagne qui avait été lancée au Japon dès 2008, « La France, le Japon si proches », ATOUT FRANCE en Inde souhaite renforcer les liens avec l'Inde et lance une campagne qui implique les deux pays.

Ainsi en 2011, une campagne intitulée « France celebrates India » a été lancée : elle a pour but de promouvoir de grands événements ayant lieu en France auprès, non seulement les Indiens du sous-continent, mais aussi les Indiens Non Résidents. Cette campagne a remporté un franc succès, dans sa première phase, si l'on en juge la diffusion tant qualitative que quantitative qui en a été faite auprès de publics très variés. Pour sa seconde phase, les entreprises françaises et indiennes sont invitées à rejoindre ATOUT FRANCE et à promouvoir ensemble la France.

L'année 2012 devrait donner un nouvel élan à la relation franco-indienne avec des projets organisés tant en France qu'en Inde :

- « La France en Inde » destinée à fédérer le plus grand nombre d'entreprises françaises et

- « France celebrates India »  qui regroupe des projets de grande ampleur tels que « l'Année de la France en Inde à St Tropez », véritable plateforme de communication pour l'Inde et message très fort pour la France.

Bien qu'elle garde sa place de numéro 1 mondial dans le secteur du tourisme, la France est fortement concurrencée par de nombreuses destinations qui ont su adapter leur offre ou investir fortement en promotion sur le marché indien.

Les neuf premières années sur le marché indien ont certes vu une progression des flux mais des signaux d'alerte et d'inquiétude lancés par les professionnels du tourisme indiens devront être pris en compte si la France souhaite reconquérir des parts de marché vis à vis d'autres destinations perçues comme plus ouvertes et plus à même d'accueillir et de répondre aux exigences d'une clientèle au fort potentiel.

Pour conserver sa place de leader, la France doit relever plusieurs défis sur ce marché :

- La délivrance des visas, qui représente un frein important au développement du tourisme en France ;

- Un renforcement des lignes aériennes

- L'accueil et le service ;

- Une offre de restauration plus adaptée à la clientèle indienne.

 

La France saura t'elle s'adapter aux exigences de nouvelles clientèles aux habitudes et cultures bien différentes des nôtres ?

 

En conclusion

Notre investissement sur ce marché est récent par rapport à d'autres marchés ; il nous faut nous adapter à la demande et aux exigences de nouvelles clientèles aux habitudes et cultures bien différentes des nôtres. Nous croyons fermement que les actions de promotion touristique menée dans une optique de rapprochement des pays sont essentielles pour répondre au challenge que représente le marché indien.

Partager cet article |


Accueil| Réalisation : Eolas Groupe Business & Decision